Hélène Caillaud 
bread crumbs    Accueil News 08/2011 - Nez court à Thau

L'auteurMatérielParutionsNewsExplorationsLiensContactez-moi
Liquid Art Photography link

Samedi, 20 Août 2011 00:00

Août 2011 - Hippocampe Museau court à Thau

C'est en allant plonger de nuit le WE du 12 août, que je fis la merveille rencontre de l'hippocampe à museau court (Hippocampus hippocampus).

C'est pourtant sans grande conviction que je chaussais mes palmes, en marmonant dans ma "barbe" : "l'étang va être trop chargé, je ne vais pas voir grand chose". Puis convaincue par une amie qui ne vient plonger que très rarement, je me suis laissée tentée par l'aventure.

Quelques 90 minutes à arpenter les bords de l'étang, quelques épaves parsemées par ci par là, un accouplement gargantuesque d'hervia, des crevettes timides, des sépioles, beaucoup de syngnathes, hippocampes biensûr ... Bref, y'a de quoi voir, et il est très facile de virevolter dans cet étang et ne pas voir passer le temps ...  

En revenant sur mon chemin, prête à clore ma plongée déjà bien écoulée, je tombe sur un groupe de 4 ou 5 hippocampes, tous dans la même zone de 3-4 m². Je m'attache à photographier chacun d'entre eux, toujours subjuguée par leur majestueuse beauté. D'un coup je tombe sur "Cet" hippocampe .... Ma première réaction fut de me dire "Laisse tomber, cet hippocampe est bien trop sombre et petit pour en tirer une bonne photo" ... Eh oui, toujours un peu photographe dans l'âme tout de même ... Puis je tourne autour, et y'a pas à dire, "cet hippocampe a quelque chose de bizarre !". Il est tout rabougri, tout sombre, pas de mouchetures, et cette immense bosse sur le front !?! Non, y'a pas à dire, cet hippocampe est définitivement moche !!!

 

 

C'est comme si à ce moment précis, j'avais oublié tout ce que me racontait Patrick Louisy (scientifique et responsable de notre accociation Peau-Bleue,en charge notamment du programme Hippo-Thau auquel je participe). 

Je suis peut être restée 30 minutes devant cet hippocampe, à me demander ce qu'il pouvait bien avoir de spécial ... Je n'avais jusqu'alors jamais vu d'hippocampe de ce type, alors que je plonge dans cet étang depuis quelques bonnes années déjà.

Je me suis alors rappelée de ce que m'avait dit Patrick : Il y a apparemment deux espèces d'hippocampes dans l'étang :

 

  • L'hippocampe à museau long (Hippocampus guttulatus), encore appelé hippocampe moucheté, que l'on trouve très régulièrement dans l'étang. C'est d'ailleurs cette espèce d'hippocampe que j'ai toujours photographié depuis le début.

  • L'hippocampe à museau court (Hippocampus hippocampus), qui a déjà été observé dans l'étang mais très rarement. Il n'y a d'ailleurs qu'à jeter un oeil à la base Hippo-Atlas sur le museau court, et vous verrez que tous les recensements du museau court ne mentionnent pas l'étang de Thau.

 

Serait-ce donc ce fameux hippocampe à museau court ??? Je me rappelle alors de ce qui pour moi, n'était que de la théorie : L'hippocampe à museau court  a les caractéristiques suivantes :

 

  • Museau court : 2 à 2,5 fois plus long que haut.
  • « Crête » triangulaire élevée sur la nuque.
  • Corps souvent d'un brun assez uniforme, parfois foncé, parfois très clair, à l'occasion d'un jaune intense. Parfois des points et tirets foncés, rarement des mouchetures blanches. Généralement pas de filaments cutanés, corps d'ordinaire peu épineux.

 

Ciel, c'est que ca y ressemble sacrément !!!!  A ce moment précis, je peux vous assurer que cette "vision d'horreur" est devenue la plus belle chose que j'ai vu dans l'étang depuis mes débuts !  Je me suis alors mise à l'observer pendant quelques bonnes vingtaines de minutes, à tel point que mon amie, qui était déjà sortie de l'eau, est revenue en se demandant "Mais qu'est qu'elle voit donc, pour rester au même endroit ? et mitrailler autant de photos ?". J'ai alors essayé de lui expliquer sous l'eau ma rencontre ... mais c'était digne d'un sketch de clown, et au final pas sûr qu'elle ait compris sur le moment .. Je lui ai alors expliqué à l'issue de la plongée.

Bien que ce soit la première fois que je vois un museau court dans l'étang, je reste persuadée que beaucoup d'autres plongeurs en ont vu, mais pas forcément facile de les identifier, d'une part, et encore moins de les photographier.

Si un jour vous tombez sur un hippocampe de ce type et que vous avez le moindre doute, n'hésitez pas à contacter l'équipe de Peau-Bleue qui se fera un plaisir de vous l'identifier. 

L'association parle aussi de cette découverte dans ses dernières news.

A bientôt, pour de nouvelles aventures ! 

 

Mise à jour le Samedi, 20 Août 2011 08:21
 


Haut de la page Haut de la page To top of the page




Copyright © 2009 Hélène Caillaud. Tous droits réservés.